Conférence « Y a-t-il un pilote chez SHAFT ? » (partie 1)

15 février, 2015 dans Articles, Conférences, Site

Jonetsu est une jeune convention créée par l’association Nijikai axée sur la pédagogie et l’apprentissage des rouages des animes et des mangas. Le point central de la convention est la tenue de conférences par des professionnels et des amateurs, dans le but d’apprendre et d’informer le public sur l’envers peu connu du décor.

Cette page est une retranscription (avec quelques précisions rajoutées) de la conférence présentée le samedi 28 mars 2015 à la convention Jonetsu.

Y a-t-il un pilote chez SHAFT ?

Depuis plus d’une décennie, ce studio fait parler de lui grâce à son originalité dans ses choix de mise en scène et son audace en matière d’esthétique. La plupart d’entre vous connaissez, au moins de nom, ce studio et surtout les œuvres qu’il a produites : Tsukuyomi -Moon Phase-, Pani Poni Dash! ou encore Shin Negima?! pour ses premières années véritablement en-dehors de l’anonymat ; Hidamari Sketch, Sayonara Zetsubō Sensei ou ef – a tale of Memories et sa suite Melodies pour le début de sa reconnaissance ; la très populaire série des Monogatari avec Bakemonogatari, Nisemonogatari et ses suites, la franchise des Madoka★Magica et sa trilogie de films qui consacreront la renommée et la popularité du studio ; et dernièrement les impressionnants OAV Magical Suite Prism Nana, l’adaptation en anime de Nisekoi ou celle de la série culinaire Kōfuku Graffiti.

Mais avant de devenir un studio à la fois aussi populaire et critiqué chez les otakus, SHAFT a connu une longue et lente évolution dans cette difficile industrie de la japanime.

logo_shaftlogo_shaft_jp

Comme beaucoup d’autres studios, il a débuté dans l’anonymat quasi-total pour le public. Fondé en 1975 par Hiroshi WAKAO, SHAFT est à cette époque un petit studio de sous-traitance pour le compte de grands studios tels que Sunrise (connu, entre autres, pour sa franchise Gundam) ou Shin-Ei Animation (les sempiternelles franchises Crayon Shin-chan et Doraemon). La plupart de ses travaux de sous-traitance portent sur la colorisation des animés de ces grands studios. Au fil des années, le studio se développe jusqu’à pouvoir produire des animations-clés et davantage d’éléments de sous-traitance pour le compte de grands studios.
La première production en tant que telle de SHAFT date de 1987, soit 12 ans après la fondation du studio, avec l’OAV quasi-inconnu Yume kara, Samenai, une adaptation du roman éponyme (et qui, il faut bien l’avouer, fait partie des multitudes d’OAV oubliables de cette époque). La deuxième production du studio date quant à elle de 1995, soit 8 ans après Yume kara, Samenai et 20 ans après la naissance de SHAFT, avec l’anime pour enfants Juuni Senshi Bakuretsu Eto Ranger pour le compte de la chaîne publique NHK.

Il aura fallu près d’une trentaine d’années pour que SHAFT émerge de l’anonymat. En effet, c’est à partir de l’an 2000 qu’il se fait connaître du public grâce à une série de collaborations avec le célèbre studio GAINAX. Le duo produira dans les années qui suivent Mahoromatic, This Ugly Yet Beautiful World et He is my master ; avec notamment le personnel de GAINAX en tant que staff-clé.
Mais le véritable bouleversement pour SHAFT arrive en 2004, dont le déclencheur sera la succession de Mitsutoshi KUBOTA à Hiroshi WAKAO à la direction. Son arrivée au studio se fait dans un contexte financier délicat pour SHAFT, et très vite, KUBOTA opère toute une série de changements, notamment en réduisant considérablement les effectifs du département de colorisation, qui était alors le département central du studio. Il le remplace par une nouvelle structure plus moderne, DIGITAL@SHAFT, permettant ainsi au studio de travailler avec un outil plus rapide et plus économique : les ordinateurs.

Enfin, le changement le plus important est incontestablement le recrutement du réalisateur Akiyuki SHINBŌ ainsi que quelques animateurs talentueux, avec Shin ŌNUMA et Tatsuya OISHI en tête. Avec un réalisateur expérimenté et un staff recruté par ses soins, le PDG KUBOTA donne au studio une nouvelle opportunité : ne plus être seulement un studio de sous-traitance et devenir un studio capable de produire régulièrement des animes.

 
Après cette introduction et historique du studio, passons maintenant au gros du morceau : Y a-t-il un pilote chez SHAFT ?
Qu’est-ce qui fait que ce studio soit devenu, au cours d’une décennie, l’un des studios les plus connus dans cette industrie ? On a parlé d’originalité et d’audace des choix de mise en scène et d’esthétique, que les connaisseurs appellent le « style SHAFT », mais qu’est-ce que cela signifie ? Est-ce que SHINBŌ est le seul maître à bord ?

Eh bien, nous allons voir cela dans cette conférence d’une heure, où nous vous présenterons tout d’abord ce qu’est le « style SHAFT », avec images et extraits vidéo à l’appui ; puis nous vous expliquerons le « système SHAFT », une organisation et un processus de production assez particuliers.

Vers la prochaine partie (2)