Conférence « Y a-t-il un pilote chez SHAFT ? » (partie 5)

15 février, 2015 dans Articles, Conférences, Site

Jonetsu est une jeune convention créée par l’association Nijikai axée sur la pédagogie et l’apprentissage des rouages des animes et des mangas. Le point central de la convention est la tenue de conférences par des professionnels et des amateurs, dans le but d’apprendre et d’informer le public sur l’envers peu connu du décor.

Cette page est la cinquième partie d’une retranscription (avec quelques précisions rajoutées) de la conférence présentée le samedi 28 mars 2015 à la convention Jonetsu.

SHAFT de nos jours

Après avoir abordé près d’une décennie de production shaftienne dans les précédentes parties, il est important de faire un point sur la situation de SHAFT de nos jours.

Ainsi, Akiyuki SHINBŌ n’est plus réalisateur sur les séries de SHAFT bien qu’il soit souvent crédité comme tel. Il se contente de superviser les séries et de fournir son aide aux véritables réalisateurs, un travail qui tient presque du rôle de producteur. Pour les connaisseurs, SHINBŌ a la réputation d’être un réalisateur privilégiant une mise en scène faite de peu de moyens mais audacieuse, et donnant quelques fois de bons sakugas étant donné qu’il donne beaucoup de liberté (et finalement plus de temps) aux animateurs pour les scènes importantes.
Le choix de l’avoir gardé crédité en tant que réalisateur sur les séries de SHAFT jusqu’au début des années 2010 avait entre autres un objectif : garantir aux amateurs que le style (SHINBŌ) SHAFT restera tel quel, et donc faire vendre les séries malgré le fait qu’il ne réalise pas. SHINBŌ était devenu une sorte de marque ou label garantissant un minimum de ventes, rassurant les non-initiés que ce style atypique perdurerait sur les multitudes de séries différentes que le studio adaptera.

Depuis 2010-2011, SHINBŌ est plus volontiers crédité en tant que réalisateur-en-chef dans les génériques, terme correspondant mieux au rôle qu’il occupe au sein du studio. Il reste malgré tout un mentor, qui a formé la plupart des réalisateurs de SHAFT, actuels ou non, tels que Tatsuya OISHI, Shin ŌNUMA ou encore Shin.ichi OMATA.

 
Ce changement officiel de nom du rôle coïncide avec un événement qui marquera fortement la politique d’adaptation de SHAFT : l’arrivée de la société Aniplex dans le capital du studio.

Forte de deux précédentes et très réussies coopérations avec SHAFT sur la production des animes Hidamari Sketch depuis 2007 et Bakemonogatari depuis 2009, la société Aniplex, filiale dédiée à la japanimation de Sony Music Entertainement, décide de se mettre davantage en avant avec la production de la quasi-totalité des séries animées de SHAFT entre 2011 à 2015, à commencer par Madoka★Magica.
Projet qu’Akiyuki SHINBŌ et le producteur Atsuhiro IWAKAMI formeront lors de la production d’une des saisons de l’anime Hidamari Sketch, Madoka★Magica est une série diffusée en janvier 2011. Elle connaîtra un succès tel que trois long-métrages verront le jour pour être diffusés au cinéma à travers le monde entier, apportant au studio une reconnaissance aussi bien publique que critique. Au niveau des chiffres de vente de la série TV, la franchise est un des plus gros succès commerciaux jamais connus en matière de japanimation.

aniplex

Ce succès ne fera que renforcer la volonté d’Aniplex de produire des séries avec ce studio, et la société entre alors dans le capital financier de SHAFT, provoquant des restructurations suscitant le départ de certains membres du staff. Parmi ces membres se trouvent des animateurs et réalisateurs formés depuis des années par SHINBŌ, tels que Shin.ichi OMATA (également connu sous le nom de Mamoru HATAKEYAMA) qui avait réalisé des storyboards pour des séries comme Arakawa Under the Bridge, la saison 3 de Hidamari Sketch ou encore Madoka★Magica. Shin.ichi OMATA travaille désormais au studio DEEN, sur des projets tels que Sankarea ou encore Rozen Maiden 2013.
Pour anecdote : ces animateurs, « en chemin » pour DEEN, produiront en janvier 2013 l’anime Da Capo III, dont le studio d’animation a été créé spécialement pour l’occasion. Il porte un nom issu de l’univers de l’anime. Le réalisateur de cette série est Ken.ichi ISHIKURA, qui avait notamment réalisé la saison 3 de Hidamari Sketch chez SHAFT. Une fois chez DEEN, ISHIKURA réalisera Sakura Trick en janvier 2014 et Ongaku Shōjo diffusé fin mars 2015 dans le cadre de l’événement Anime Mirai 2015. Par ailleurs, nous vous recommandons fortement le visionnage d’Ongaku Shōjo, ne serait-ce que pour les dix premières minutes : l’OAV est un résumé absolument pas caché de toutes les caractéristiques visuelles du style SHAFT, à un point quasi-hallucinant.

Ci-dessous à gauche Ongaku Shōjo, à droite Shin Negima?! et Bakemonogatari.

ongaku shojoshin negima
ongaku headtiltbake headtilt

Après l’entrée d’Aniplex dans le capital et cette deuxième restructuration (la première après l’arrivée de l’actuel PDG Mitsutoshi KUBOTA avait eu lieu fin 2009 avec le départ de Shin ŌNUMA et de quelques autres membres), SHANIPLEX continue d’adapter les Monogatari Series de NisiOisiN et de capitaliser sur les Madoka★Magica avec la trilogie de film. Fin 2013, le studio adapte Nisekoi, manga à succès publié dans le célèbre magazine Shōnen Jump et ayant une fanbase très solide. L’identité visuelle de cette série sera très forte dans un but auto-parodique.

Ces projets traduisent une volonté de SHAFT et surtout d’Aniplex de ne pas prendre de risque : les trois licences Monogatari Series, Madoka★Magica et Nisekoi sont très populaires et assurent ainsi aux producteurs d’Aniplex d’excellents chiffres de ventes en général. Il existe cependant une petite exception à la règle : Sasami-san@Ganbaranai en 2013, qui ne jouit pas d’une aussi grande popularité. C’est même l’inverse.

graphe de ventes shaft

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

En avril 2014, le studio diffuse Mekaku City Actors, série adaptée d’un projet musical vocaloid populaire, le Kagerō Project. Suite à une rencontre avec SHINBŌ, l’auteur du projet Jin se verra attribuer un poste de scénariste sur la série. C’est la deuxième réelle prise de risque pour Aniplex en presque 4 ans (la première étant Sasami-san@Ganbaranai) : le succès de la série n’est au départ pas certain, et SHINBŌ veut mettre en avant dans la production des staffs jeunes et pas forcément issus de SHAFT ou même de l’industrie. Le réalisateur de la série, la nomination de Jin au scénario ainsi que les artistes des illustrations de fin témoignent de cette mise en avant (et prise de risque ?) voulue par le réalisateur-en-chef. Mekaku City Actors rencontrera malheureusement de grandes difficultés de production, comme en témoigne le planning désastreux de l’anime ou le début de l’épisode 9, Ayano’s Theory of Happiness, qui utilise une animation 3D douteuse. La séquence sera entièrement refaite pour la sortie Blu-ray de la série.
Cependant, la série se vend plutôt bien au final, avec une stabilité remarquable autour de 7000 à 8000 Blu-ray vendus en moyenne sur les premières semaines. Ces chiffres sont très fortement liés à la nature de l’anime : il s’agit plus d’une vente de clips musicaux que d’une vente d’anime dite « classique », et la grosse fanbase du Kagerō Project va donc acheter les Blu-rays en masse.

Enfin, l’histoire récente a prouvé qu’il est nécessaire de revenir sur la domination d’Aniplex. En effet, début 2015, SHAFT adapte sa première série TV non produite par Aniplex depuis 2011 : Kōfuku Graffiti, produit par KADOKAWA. Ce projet est nettement moins ambitieux et il n’est pas garanti que le succès soit au rendez-vous. En cela, la production de cette série entre en opposition avec la politique d’adaptation sans risque que menait SHAFT sous le règne d’Aniplex. Ce changement peut traduire une volonté d’indépendance dans le studio, ou un relâchement d’Aniplex au vu des autres franchises à succès encore loin d’être terminés.

Ci-dessous un extrait de Kōfuku Graffiti.

Avec ses prédictions de vente de Blu-ray et DVD peu engageantes, il semblerait que Kōfuku Graffiti soit un échec pour KADOKAWA, l’éditeur du manga et principal investisseur de l’anime. Malgré un mouvement de fond depuis la diffusion de l’anime, avec la sortie de nombreux artbooks et collaborations avec les différents artistes du magazine de prépublication de la série sur le thème de la nourriture, le manga n’a pas connu d’augmentation de vente conséquente pour le principal investisseur.
Néanmoins, Aniplex continuera de collaborer avec SHAFT pour plusieurs années, ne serait-ce que pour arriver aux adaptations finales de la série des romans Monogatari Series.

 
Après s’être intéressé aux séries produites par le studio ces dernières années, nous allons nous pencher sur les animateurs et le reste des (assistants-)réalisateurs phares de SHAFT qui ont contribué à la plupart des séries de ces dix dernières années, avec les extraits et les sakugas qu’ils ont produit.

shin oonuma SHAFT a donc, au fil du temps, accueilli et même produit un certain nombre d’animateurs talentueux, parmi lesquels Shin ŌNUMA, qui quittera le studio en 2009 au cours de la production de la seconde saison de Natsu no Arashi!. Il a rejoint le studio SILVER LINK où il a notamment réalisé Baka to Test to Shōkanjū (visuellement très empreinte de son style shaftien), Tasogare Otome x Amnesia ou encore Watamote. Il est intéressant de noter qu’il occupe désormais au sein de ce studio une place extrêmement similaire à celle de SHINBŌ chez SHAFT : il est plutôt superviseur des séries que réalisateur, et il est d’ailleurs crédité en tant que réalisateur-en-chef sur Kokoro Connect ainsi que sur la deuxième saison de Prisma Illya.
Cependant, ŌNUMA revient temporairement chez SHAFT en 2013 pour réaliser le 3e générique d’ouverture de la série Monogatari Series Seconde Saison, celui de Nadeko, choix compréhensible par le fait qu’il avait aussi été le réalisateur de son générique lors de la première saison, Bakemonogatari.

Ci-dessous un générique de Baka to Test to Shōkanjū storyboardé par Shin ŌNUMA.



 
Parmi les animateurs-réalisateurs de SHAFT se trouve également Naoyuki TATSUWA, connu pour son appréciation des mangas de Kōji KUMETA, dont Sayonara Zetsubō Sensei, adapté par SHAFT, sur lequel il sera assistant-réalisateur et storyboarder très prolifique. C’est également lui qui sera responsable de l’adaptation de Soredemo Machi wa Mawatteiru. Son style se base beaucoup sur l’expressivité des mouvements des personnages.
Après l’entrée d’Aniplex dans le capital du studio et le départ de nombreux animateurs, il sera propulsé réalisateur sur les deux saisons de Nisekoi et sur la série culinaire Kōfuku Graffiti.

Ci-dessous un extrait de Soredemo Machi wa Mawatteiru réalisé par Naoyuki TATSUWA.

 
Du côté des animateurs-clés, l’un des plus importants du studio est l’animateur reconnu Gen.ichirō ABE. Ce dernier travaille chez SHAFT depuis sa restructuration en 2004 et s’est fait remarquer à l’époque par son travail impressionnant sur les scènes de chute dans le ciel de Shin Negima!?. ABE a eu l’occasion de travailler sur beaucoup d’œuvres emblématiques du studio, telles que Hidamari Sketch, les Monogatari Series ou encore Madoka★Magica. Il réalise dans ces œuvres des sakugas d’une qualité impressionnante, dont la principale caractéristique est le détail des mouvements particuliers du corps, des cheveux et des vêtements. Il a également occupé, en de rares occasions, la position de directeur de l’animation, sur des séries telles que Bakemonogatari et Katte ni Kaizō. Il a aussi bossé sur quelques autres séries en dehors du studio, comme l’impressionnant épisode 15 de Gurren Lagann chez le studio GAINAX.

Ci-dessous des extraits de Hidamari Sketch et de Hidamari Sketch x365 animés par Gen.ichirō ABE.


 
Un autre animateur-clé réalise des sakugas très détaillés chez SHAFT : il s’agit de Ryō IMAMURA. Il se fait remarquer par son admirable travail d’animation sur le début du premier épisode de la deuxième saison de Hidamari Sketch. Il réalisera, par la suite, bon nombre des scènes d’action de Bakemonogatari, comme le combat entre Suruga et Araragi ou entre Shinobu et Black Hanekawa. Outre le fait d’être « spécialisé » dans les scènes d’action, IMAMURA est notamment connu pour animer des scènes plus « suggestives », telles que la scène d’habillement de Hitagi ou l’exorcisme de Nadeko dans Bakemonogatari.

Ci-dessous des extraits de Hidamari Sketch x365 et de Puella Magi Madoka★Magica animés par Ryō IMAMURA.


 
Par ailleurs, un duo d’animateurs indépendants revient régulièrement dans les séries de SHAFT : il s’agit de Gekidan Inu Curry. Le duo est composé d’Ayumi SHIRAISHI, ancienne animatrice de GAINAX, et de Yōsuke ANAI, intervalliste au studio de sous-traitance Tanto Dōga. Leur style très particulier est constitué de collages papier en stop-motion sur fonds aux couleurs grotesques, ayant pour inspiration l’animation russo-tchèque. Ils seront introduits au studio SHAFT par Yukihiro MIYAMOTO (un des assistants-réalisateurs de SHINBŌ) afin de travailler sur les génériques des OAV Goku Sayonara Zetsubō Sensei.
SHINBŌ appréciera en particulier leur travail et fera souvent appel à eux par la suite. Ainsi, au cours des années suivantes, ils travailleront successivement sur Maria†Holic, Bakemonogatari, Zan Sayonara Zetsubō Sensei ou encore Hidamari Sketch x SP.
Mais c’est en 2011 qu’ils signeront leur collaboration la plus importante, en participant activement à la direction artistique et à l’animation d’une grande partie de Madoka★Magica, associant alors définitivement leur style graphique à celui de SHAFT.

Ci-dessous des extraits du deuxième film Madoka★Magica et de Maria†Holic animés par Gekidan Inu Curry.


 
Enfin, SHAFT accueillera URA, animateur et réalisateur de génériques de visual novels, qui entrera dans le monde de la production d’animes en réalisant le générique d’ouverture de Nekomonogatari Noir en 2012. Il réapparaîtra à plusieurs reprises sur certaines productions du studio, telles que Monogatari Series Seconde Saison dont il réalise le premier opening ainsi que la scène de la lettre de Hanekawa en 2013 ; Nisekoi en 2014, dont il réalise le second opening ; et enfin Nisekoi:, la saison 2 diffusée à partir d’avril 2015, dont il réalise le premier opening. Parmi ses précédents travaux, on peut notamment citer les génériques de la série de visual novels Grisaia du studio de développement Frontwing.

Ci-dessous des extraits de Monogatari Series Seconde Saison et de Nisekoi animés par URA.


Vers la précédente partie (4)

Vers la prochaine partie (6)