Dossier Diffusion de Madoka à Épitanime

27 juin, 2012 dans Compte-rendus, France

 

Épitanime. Année 2012. Samedi 26 juin, 13h00 et 22h00. Les projections des trois épisodes de Puella Magi Madoka Magica prenaient place, avec son sondage afin de faire venir la série en France. Conclusion d’une longue aventure pour les personnes qui se sont chargées de les faire venir en France.

Tout a commencé par une visite habituelle aux éditeurs. La question en vient au succès du Magical Girl dans notre pays. En effet, ce genre est encore vu dans notre pays comme étant exclusivement composé d’animes pour petites filles. Pas bien vendeur. Mais maintenant est venu le phénomène Madoka, qui a fortement marché dans tous les pays où il a été diffusé : Japon, monde anglophone, Italie et Allemagne. Quid de la France, censée être un des gros consommateur de culture visuelle moderne japonaise ? Les éditeurs ne veulent pas prendre de risque inutile compte tenu de la réception d’une précédente série lors de sa projection. D’autant que Madoka est gros : la série ayant marché dans les autres pays, les ayant droits s’attendent à ce que la série marche aussi bien partout ailleurs. Les droits coûtent cher, c’est un risque trop gros pour les éditeurs, qui craignait en plus la concurrence du fansub. Aucune publicité n’en est par ailleurs fait en convention : officiellement, l’anime n’a jamais mis les pieds en France. Tout juste si le manga fait une percée timide.

Et c’est ainsi qu’une idée va commencer à germer : pourquoi ne pas utiliser Épitanime ? Une des plus vieilles conventions françaises, beaucoup plus axée sur les animations, avec un public traditionnellement beaucoup plus réceptif et actif au sein de la communauté otaku, et globalement plus au courant de l’actualité. Cette convention pourrait servir de bonne base pour tester la popularité de la série et en faire la publicité. La machine est lancée. Les diffusions sont habituellement faites sur deux épisodes. Une exception sera faites ici, l’élément perturbateur de la série se trouvant au troisième épisode.

Deux semaines avant la convention, les épisodes sont enfin là, il ne reste donc plus qu’à traduire et encoder. Vient le jour de la diffusion, ainsi que son problème technique : les sous-titre de l’épisode 1 n’apparaissent pas. Heureusement, une ancienne version des fichiers peut être récupérée, sans erreur, et les diffusions peuvent avoir lieu, bien qu’avec un léger retard.

La première diffusion débutera donc avec trois quarts d’heure de retard. Beaucoup d’agacement dans la salle à ce sujet, un bon nombre de personnes partiront même avant que la réparation ne puisse être faite. Une fois la série lancée, plus de problème. Des réactions d’étonnement à certains retournements de situation de ces trois premiers épisodes, quelques rires aux moments drôles : un certain nombre des personnes présentes semblaient découvrir la série, bien qu’ils soient loin d’être une majorité. Il y eut quelques départs en cours de diffusion, mais également quelques arrivées.
La seconde projection sera moins retardé que la première : seulement un quart d’heure. Appel a pu être fait à un responsable qui résolu le problème bien plus rapidement. Cependant, cette fois-ci, peu de personnes sont parties. Le public présent était sûrement déjà connaisseur de la série et venait pour la voir et donner leur avis quand à la diffusion. Cette impression sera confirmée par les réactions quant à la série : moins vives qu’à la première projection. Les départs après le début de la projection furent minimes, et seule une des personnes qui avait dit penser ne pas rester jusqu’au bout est partie (a priori, le groupe de personnes dont elle faisait partie ne connaissait pas la série).

Globalement, la réception de ces deux diffusions a été plutôt favorable. Le public semblait plutôt heureux de pouvoir voir l’anime en projection. Les sondages semblent donner plutôt raisons à cette impression. Cependant, l’équipe a pu recevoir des plaintes quant à la traduction : certaines personnes auraient préféré une traduction totale, dont les termes anglais tels que « Soul Gem » et « Grief Seed ». Une surprise tout de même : ce n’était pas la version BR/DVD qui a été diffusée, mais seulement une version TV améliorée.

Suite à ce sondage, les discussions ont pu reprendre et, finalement, mi-septembre, Wakanim annonça l’acquisition de la licence. Dans la foulée, l’éditeur annonça l’acquisition des films, ainsi que leur diffusion au Grand Rex, une semaine après la diffusion du second film au Japon, soit le 19 octobre 2012. Les équipes de traductions et d’encodage furent conservées de la diffusion test à Épitanime aux films et séries.

Fait avec l’aide de DarkSoul, Vicklaterreur, Galaf et Rinchama, que je remercie grandement.
Audrey Azura

Partager ce contenu :