Diffusion de Puella Magi Madoka★Magica : rébellion en France

6 décembre, 2013 dans Compte-rendus, France

Paris, un peu plus d’un an après la diffusion des deux premiers films, Wakanim nous permettait de découvrir Puella Magi Madoka★Magica : rébellion, troisième opus de la trilogie. Les membres de Studio-SHAFT.fr s’y sont bien entendu rendu, à la fois à Paris et à Tourcoing.

Diffusé dans la grande salle du Grand Rex à Paris, pouvant contenir plus de 2500 personnes, le film a quasiment réussi à la combler (seul le rez-de-chaussé et le premier étage ont été occupés). Le public y prenant place était assez varié, couvrant une frange assez large de la population. Dès le début de soirée, si vous passiez aux alentours du Grand Rex, vous pouviez juger de l’engouement qu’a pu générer ce film. Une file s’étendait en effet dans la rue adjacente au cinéma promettant une salle remplie de manière conséquente.
Malheureusement, la projection a subi un retard de 30 minutes, le temps que toute la foule puisse prendre s’asseoir.

À l’entrée de la salle se trouvait un stand qui proposait un certain nombre de produits dérivés. Il peut être regrettable que Madoka n’ait été qu’une partie de leur stock, et que les produits qu’ils proposaient autour de la série ne contiennent quasiment rien d’inédit en France, si ce n’est des clearfiles. Cependant, nous pouvons toujours nous conforter que les fans n’ayant pas pu acheter les Blu-ray des deux premiers films à leur sortie ont ainsi pu se rattraper. Si, bien entendu, ils avaient les 69€ nécessaires à cet achat (ou 90€ pour l’édition collector).

L’ambiance dans la salle avant le début du film fut au moins aussi bruyante que ce que l’on pouvait attendre d’un groupe de plus de 1000 personnes. Je me passerais de commenter les divers cris du nom des personnages que nous avons pu entendre. Au milieu de toute cette agitation, nous pouvions croiser différents cosplay, tels que Homura, Mami ou même un Kyubey (oui, le même qu’à celui d’Epitanime).

L’agitation continua également pendant la présentation du film par les seiyū, précédent la projection. Encore une fois, nous ne reporterons ici les différents commentaires ou réactions, tous aussi inutiles les uns que les autres. Tout du moins, l’ambiance s’est bien vite posé dès que le film a commencé et, contrairement aux premières diffusions, nous n’avons pas eu à nous plaindre d’un trop grand nombre de bruits parasites au cours de la projection. Si ce n’est peut-être quelques rires par moment déplacé, mais ne nuisant pas à l’ambiance globale que dégageait le film.

Les avis du film après la diffusion furent mitigé. La masse d’informations fournies est très grande et de nombreux passages peuvent sembler confus lors d’un premier visionnage, ce qui fait que de nombreuses personnes sont sorties de la salle se demandaient quelques peu ce qu’elle venait de voir.
Une fois le film finis, il restait que la tombola organisée par Wakanim, qui avait elle-même une queue suffisamment conséquente pour épuiser les lots avant qu’elle ne soit finie.

Du côté de Tourcoing, la projection a eu lieu le samedi 23 novembre à partir de 20h. Pour le coup, pas de retard, et les spectateurs ont pu quitter le cinéma vers 22h. Pour ce qui est du monde ayant fait le déplacement, la salle était remplie au quart, ce qui a eu au moins l’avantage de nous laisser profiter d’une diffusion plutôt calme.
Par contre, nous n’avons pu nous empêcher d’être répugné par l’état de saleté de la salle, qui laissait une forte impression de négligé (et il est toujours particulièrement agréable de sentir le popcorn craquer sous sa semelle alors qu’on cherche une place).
Petite déception également concernant l’absence de tombola, ou même de tout type d’animation autour de l’événement. Hormis la nature unique de la séance, rien ne sortait réellement de l’ordinaire.

Voilà donc comment se sont déroulées les projections du troisième volet, clôturant cette trilogie de film. Maintenant que tous les fans sont rentrés chez eux, ils leur restent plus qu’à attendre avec impatience des nouvelles de la série que Gen Urobuchi avait évoqué peu de temps avant la diffusion des deux premiers films.

Partager ce contenu :