a

Présentation du studio

 

Le studio SHAFT est un des plus connus studio d’animation japonais. Depuis quelques années déjà, le studio SHAFT fait parler de lui grâce à l’originalité et l’audace des choix esthétiques et de mise en scène présents dans leurs productions. Que cela fasse l’unanimité ou pas, il est aujourd’hui indéniable que ce studio à peine connu au début des années 2000 est désormais partie intégrante du monde la japanimation, et ce pour quelques temps encore.
 

Son histoire débute par sa fondation le 1er septembre 1975 par Hiroshi WAKAO et d’autres membres du studio Mushi Production. Ceux-ci commencent d’abord par des travaux de sous-traitance (surtout de la colorisation) pour d’autres studios tels que Sunrise ou Shin-Hei Animation, avant de développer ensuite un département consacré à l’animation.

À partir de là, il faudra attendre jusqu’en 1987 pour que sorte finalement la première production de la compagnie : Yume kara, samenai. Mais cet OAV d’un seul épisode de 37 minutes ne fera pas grand bruit et il faudra ensuite attendre jusqu’en 1995 pour que SHAFT produise à nouveau un anime ainsi que leur première série diffusée à la télévision, avec Jūni Senshi Bakuretsu Eto Ranger. C’est à cette occasion que sera recruté l’animateur Nobuyuki TAKEUCHI, qui sera le premier à développer véritablement l’esthétique du studio (il est notamment influencé par Kunihiko IKUHARA, l’auteur et réalisateur d’Utena la fillette révolutionnaire et de Mawaru Penguindrum).
En 1997, ils s’occupent de la série d’OAV Sakura Mail, qui devient d’ailleurs la première production du studio à être licenciée en France par Dybex.

Arrivé en 2000, SHAFT se lie avec le studio GAINAX pour produire une version remasterisée de la série d’OAV culte Gunbuster. Ceci marque le début d’une coopération entre les 2 compagnies qui s’illustrera notamment sur trois séries télévisées réalisées en coproduction au cours de la première moitié des années 2000 : Mahoromatic, This Ugly Yet Beautiful World et He is my master.

Mais le véritable bouleversement pour SHAFT arrive en 2004, avec comme déclencheur la succession de Mitsutoshi KUBOTA à Hiroshi WAKAO à la direction du studio. Très vite, KUBOTA opère toute une série de changements au sein du studio, notamment en réduisant considérablement le département de colorisation, tout en le remplaçant par une nouvelle structure plus moderne : DIGITAL@SHAFT. Mais le changement le plus important est incontestablement le recrutement du réalisateur Akiyuki SHINBŌ et de quelques animateurs talentueux, dont Shin ŌNUMA et Tatsuya OISHI en tête.

La même année, le trio, se faisant vite appelé « Team SHINBŌ », se lancera dans la production d’une première série, Tsukuyomi -Moon Phase-, avec Akiyuki SHINBŌ à la direction. L’anime remportera un succès honnête, mais aura vu sa diffusion TV plombée par quelques problèmes de production. SHINBŌ veillera par la suite à ce que ces derniers soient réglés dans les versions DVD, chose qui deviendra en quelque sorte la marque de fabrique de SHAFT aujourd’hui encore (de même que les soucis de production).

 

Le véritable succès viendra en 2005 et 2006 avec les séries Pani Poni Dash! et Shin Negima!?, qui participeront grandement à la reconnaissance publique du studio. Durant cette même période, le réalisateur Ryutaro NAKAMURA (Serial Experiments Lain) réalisera au studio la courte série REC, mais surtout leur tout premier film : Kino no Tabi: Byōki no Kuni – For You.
L’année 2007 apportera également son lot de réussites avec la production des premières saisons de deux séries promises à un grand succès : Sayonara Zetsubō Sensei et Hidamari Sketch. Enfin, cette année verra aussi le passage de Shin ŌNUMA de simple assistant à réalisateur à part entière, grâce à l’anime ef: a tale of memories et sa suite ef: a tale of melodies.

L’année 2009 sera quant à elle le théâtre de grands bouleversements au sein de la compagnie, notamment en termes de séparations. En effet, les deux OAV Mahoromatic: I’m Home marquent la fin de la collaboration que le studio entretenait avec la GAINAX. à cela s’ajoute le départ de Shin Ōnuma pour le studio SILVER LINK, et ce en plein milieu de la production de la seconde saison de Natsu no Arashi!.
Mais à côté de cela, SHAFT réalise ce qui reste aujourd’hui encore son plus grand succès commercial : Bakemonogatari. La série de 15 épisodes affiche en effet l’un des plus gros chiffre de vente de l’histoire de l’industrie pour un animé diffusé à la télévision, si bien que plusieurs autres projets d’animes ont été lancés autour. On notera enfin le déménagement des locaux dans les quartiers de Shigunami, à Tokyo.

Il faudra attendre 2011 pour que SHAFT retrouve pareil succès, et ce grâce au premier projet original depuis la venue de la « team SHINBŌ » : Puella Magi Madoka★Magica. Cette même année sera par ailleurs témoin du tout premier long métrage du studio avec Mahō Sensei Negima! Anime Final (le film de Kino no Tabi n’ayant jamais été qu’un moyen métrage). Ce long-métrage a d’une certaine manière servi d’expérience pour le studio pour la trilogie de film Madoka★Magica sorti en 2012 et 2013. Ces mêmes années, le studio a continué ses adaptations de licence à succès avec Hidamari Sketch×Honeycomb et Sae/Hiro Sotsugyō-hen, ainsi que les divers Monogatari.
 
Aujourd’hui encore, le studio continue de suivre la politique de son réalisateur phare en produisant toujours des œuvres techniquement ambitieuses et chargées de l’énergie créatrice d’un staff motivé à proposer des univers graphiques inédits.
Né de débuts difficiles et de productions limitées, cette esthétique caractéristique de SHAFT est devenu au fil du temps son fer de lance. Le travail effectué au sein des Monogatari Series, des Madoka★Magica et de Magical Suite Prism Nana expriment cette politique artistique auquel les membres du studio ne cessent de la perfectionner.
On attend en tout cas leur prochain grand rendez-vous avec impatience.

Ci-dessous des photographies du studio datant de mi-décembre 2012 :