a

Akiyuki SHINBÔ

Né le 27 septembre 1961 dans la ville de Fukushima au Japon, Akiyuki SHINBŌ est un réalisateur principalement connu pour ses travaux produits au sein du studio SHAFT, ainsi que pour la singularité de l’esthétique et les techniques de mise en scène présentes dans ses œuvres.

Après avoir terminé ses études au Tokyo Design Institute, Akiyuki SHINBŌ entre en 1981 au studio Pierrot en tant qu’animateur-clé et y travaille entre autre sur la série Urusei Yatsura (Lamu en France).
En 1990, il commence à se rapprocher de la mise en scène en travaillant comme unit director sur Karakuri Kengōden Musashi Lord, puis comme réalisateur sur certains épisodes de Yū Yū Hakusho et de Norito dont il s’occupe également de quelques storyboards. Son influence sur Yū Yū Hakusho est tel que le reste du staff copie avec plus ou moins de succès son style visuel dans les épisodes où il n’est pas responsable, quand bien même SHINBŌ était le nouveau venu sans expérience de l’équipe.

Une fois donc cette expérience acquise, il rejoint en 1994 le jeune studio J.C. STAFF pour y réaliser son premier anime : l’adaptation en OAV du manga Metal Fighter Miku. L’année suivante, il commence la série d’OAV Starship Girl Yamamoto Yōko, dont le succès lui permettra en 1999 de réaliser sa toute première série destinée à une exploitation télévisuelle. Durant cette période, SHINBŌ réalise aussi d’autres OAV plus confidentielles tels que Twilight of the Dark Master (1997) et Tenamonya Voyagers (1999), mais toujours empreint de son style visuel et de mise en scène si remarquable : clair-obscur à foison, jeux de lumière, flashs, ombrage très prononcé, utilisation importante d’animation de décors, utilisation intensive d’angle de caméra incliné, perspectives atypiques, variations subites de plans rapprochés avec des plans éloignés et métonymie.
Et en 1996, il se rapproche notamment du studio TATSUNOKO PROD. pour lequel il mettra en scène une OAV en 2 parties basée sur leur licence Hurricane Polymar. Après avoir réalisé quelques openings pour le studio, il revient finalement sur le devant de la scène en 2001 avec une série originale : The SoulTaker. Celle-ci ne rencontre malgré tout qu’un succès d’estime, et le réalisateur quittera TATSUNOKO.

Par la suite, il passera 2 ans dans l’industrie des OAV hentai sous le pseudonyme de Jūhachi MINAMIZAWA. Cela lui permet d’entrer à Seven Arcs, un nouveau studio pour lequel il réalisera en 2003 une adaptation en OAV du visual novel Triangle Heart. Il s’occupe également de la saison 1 de Magical Girl Lyrical Nanoha, le spin off télévisuel de cette même franchise l’année suivante. En même temps, il sortira les 3 OAV du Portrait de [la] Petit[e] Cosette, dernier projet auquel il prendra part avant de rejoindre définitivement le studio SHAFT.

Arrivé chez SHAFT en 2004, SHINBŌ se voit confier à la fois le poste de réalisateur principal du studio, mais également et surtout un rôle de formateur auprès du staff déjà présent. Plus caricaturalement, il est engagé chez SHAFT avec l’objectif de ne pas juste réaliser des animes, mais de vraiment réaliser le style de mise en scène d’un studio. Il est aussi connu pour signer la majeure partie de ses storyboards sous divers pseudonymes.

Au cours des années suivantes, il réalisera officiellement un grand nombre d’anime, principalement des séries TV, tout en développant avec l’apport important de ses collègues (Shin ŌNUMA, Tatsuya OISHI) son style atypique à l’échelle du studio et amenant ainsi à la renommée croissante de ce dernier. Il y exercera aussi, toujours officiellement, un rôle de superviseur, notamment sur les séries ef : a tale of Memories/Melodies réalisées par Shin ŌNUMA, l’un de ses protégés.

Par le biais de séries au traitement esthétique particulier, telles que Sayonara Zetsubō Sensei et Hidamari Sketch, le réalisateur y développe son style atypique à l’échelle du studio et façonne ainsi l’identité de SHAFT auprès du public.
C’est d’ailleurs durant la production de ce dernier que SHINBŌ et le producteur Atsuhiro IWAKAMI auront l’idée de l’anime Puella Magi Madoka★Magica, série diffusée en 2011 et dont le succès achèvera de lui apporter une reconnaissance aussi bien publique que critique.

Cependant, il y a une idée fausse concernant son rôle. En effet, bien qu’il a été crédité officiellement réalisateur pendant de très longues années, il n’a réalisé que rarement dans les faits. Chez SHAFT, le véritable réalisateur s’est avéré être l’assistant-réalisateur, SHINBŌ étant davantage dans le rôle de superviseur et formateur de (l’assistant-)réalisateur.
Pourtant, il est également faux de dire que puisqu’il ne réalise pas, les séries de SHAFT ne sont pas empreint de son style atypique. Au contraire, son style et ses gimmicks de mises en scène sont omniprésents, les enseignements qu’il prodigue à son staff sont appliqués, et son rôle de réalisateur est tenu bien que partiellement. Les (assistants-)réalisateurs ont assimilé ses enseignements et les appliquent avec leurs touches personnelles, faisant ainsi le style SHAFT.
De nos jours, son poste de réalisateur en chef est beaucoup plus proche des réalités, sans que l’organisation ou le système n’ait véritablement changé. Il continue encore à réaliser ou superviser la quasi-totalité des titres qui y sont produits et forme toujours de jeunes et talentueux animateurs du studio.