a

Tatsuya OISHI

Tatsuya OISHI est un animateur et réalisateur japonais. Travaillant pour SHAFT depuis de nombreuses années, il a fortement participé à développer l’identité visuelle du studio avec Akiyuki SHINBŌ et Shin ŌNUMA. Il est principalement connu pour ses techniques de mises en scène très particuliers, devenu une des marques de fabrique des Monogatari Series et du studio SHAFT en général.
 
Né le 28 mars 1970 dans la préfecture d’Aichi, il fait ses études au Tokyo Design Academy avant d’entrer au studio Junio afin d’y faire ses premières armes en tant qu’animateur-clé.
Après cet apprentissage, il fait un petit passage au studio GAINAX en 1992 avant de poursuivre sa carrière comme freelance. Il enchaîne alors les collaborations avec divers studios, toujours en tant qu’animateur-clé : Sunrise avec Mobile Fighter G Gundam (1994), SHAFT avec Jūni Senshi Bakuretsu Eto Ranger (1995), Ashi Productions avec VS Knight Ramune & 40 Fire (1996) ou encore AIC avec Battle Athletes (1997). En 2001, il fait l’expérience de la réalisation en produisant des storyboards pour la série Cyborg 009: The Cyborg Soldier.
Mais c’est son passage au studio Pierrot qui scellera son avenir : il y travaille avec Akiyuki SHINBŌ sur les séries Yū Yū Hakusho (1992-1995) et Tenamonya Voyager (1999) en tant qu’animateur.

C’est ainsi qu’en 2004, il se voit proposer, comme Shin ŌNUMA, de rejoindre SHINBŌ au studio SHAFT. Il commence alors à travailler avec eux sur leur première série chez SHAFT : Tsukuyomi -Moon Phase- (2004).
Au départ, le rôle d’OISHI chez SHAFT se limite a du storyboard et a de la réalisation d’épisodes. Mais grâce aux grandes qualités de ses travaux et à son style particulier, il obtient très vite de nouvelles responsabilités ; notamment dans la réalisation de certains génériques de Pani Poni Dash! (2005), Shin Negima?! (2006), ou encore Sayonara Zetsubō Sensei (2007).

C’est en 2008 qu’il deviendra pour la première fois réalisateur de série avec Hidamari Sketch × 365. Mais il faudra malgré tout attendre l’année suivante pour qu’on lui confie, ce qui reste à ce jour, le rôle le plus important de sa carrière. En effet, il devient l’assistant-réalisateur de SHINBŌ (et réalisateur dans les faits) sur Bakemonogatari (2009). La série bénéficiera ainsi de l’imagerie et des techniques d’animation singulières qu’il a développé au cours des 4 années précédentes passées chez SHAFT, et achèvera de faire de lui un membre inséparable de l’identité du studio.

Depuis, Tatsuya OISHI n’est que peu apparu dans les séries de SHAFT, hormis quelques postes mineurs. Néanmoins, il fait bel et bien toujours partie du studio. Son absence (au point où l’on se demandait s’il était encore vivant) et son manque d’activité publique est due à sa participation à la trilogie de film Kizumonogatari, toujours aux côtés de SHINBŌ. Après plus de 5 ans de production, le premier film Tekketsu-Hen (Sang d’acier) de la trilogie de la Kizumonogatari est sorti en janvier 2016. La deuxième partie Nekketsu-Hen (Sang bouillonnant) est sortie durant l’été 2016 et la dernière partie Reiketsu-Hen (Sang cœur) début 2017.

 
OISHI a eu et continue d’avoir une très grande influence sur l’identité visuelle des séries de SHAFT.
Il possède diverses qualités assez uniques pour un animateur, puisqu’il est également doué en photographie, en animation vectorielle et même expert en typographie. Son style va de l’utilisation de prises de vues réelles, donc de photos voire d’extraits vidéo, à une direction artistique privilégiant des couleurs plus ternes et des répétitions d’éléments visuels. La présence de cartons informatifs, de nombreuses polices d’écritures différentes et de la colorisation par point Benday (donnant l’illusion de différentes couleurs) font également partie de son style. De plus, il a une vision toute aussi originale dans la manière de concevoir un plan. L’une de ses citations la plus connue étant « si c’est trop difficile à dessiner, utilisez une photo ».
Enfin, il est aussi connu pour le zèle et le perfectionnisme dont il peut parfois faire preuve. Traits de personnalité qui lui ont joué des tours sur Bakemonogatari, série ayant pris beaucoup de retards sur ses plannings d’origines.